Rapport "La Seine-Saint-Denis, un département engagé pour la fin du Sida en 2030"

La proposition d’une stratégie allant vers la réalisation des 3x90 (90% des séropositifs diagnostiqués, 90% traités par les antirétroviraux, 90% avec une charge virale indétectable) en 2020 et la fin de la transmission du VIH en 2030 en Seine-Saint-Denis répond à l’injonction à agir maintenant de la part des scientifiques, des spécialistes de santé publique ou de l’ONUSIDA qui mettent en avant les acquis scientifiques des dernières années.

La réflexion qui donne corps à ce rapport a été menée à partir de réunions, d’entretiens et de données épidémiologiques et scientifiques. Faisant suite au travail mené à Paris, elle a bénéficié de ces réflexions antérieures sur de nombreux aspects et des évolutions de l’année 2016 : préparation de la campagne de Santé Publique France sur la prévention diversifiée vers les HSH, nouvelles données sur l’estimation de l’épidémie, nouvelles données sur l’impact de la prévention combinée à San Francisco qui l’a adoptée depuis quelque temps.

 

Rapport "Vers Paris sans sida"

La Déclaration de Paris, portée par la Ville de Paris avec l’ONUSIDA, ONUHabitat et IAPAC (International Association of Providers of AIDS Care) et signée par Anne Hidalgo le 1er décembre 2014, engage les villes du monde à donner un accès pérenne aux tests de dépistage du VIH, au traitement antirétroviral et aux moyens de prévention et à mettre fin à la stigmatisation et à la discrimination. Deux cents villes l’avaient signée fin 2015. Elles s’engagent à s’entraider pour mobiliser les ressources financières et tirer parti de leurs expériences dans le déploiement de programme et ainsi parvenir à l’objectif
« 3X90 » en 2020 (90 % des personnes connaissant leur statut sérologique, 90 % des personnes dépistées sous traitement et 90 % des personnes vivant avec le VIH traitées avec une charge virale indétectable1). Le but est, à l’horizon 2030, l’extinction de la transmission du VIH entre les individus. C’est à la construction d’une stratégie pour atteindre ces objectifs que l’exécutif parisien à la demande de Anne Hidalgo a mis en place cette mission et le comité parisien des 3x90.

 

90-90-90 Une cible ambitieuse de traitement pour aider à mettre fin à l'épidémie du sida

En Décembre 2013, le Conseil de Coordination du Programme de l’ONUSIDA a invité l’ONUSIDA à soutenir les efforts des pays et des régions pour déterminer de nouvelles cibles pour le passage à échelle du traitement du VIH au-delà de 2015. En réponse à cet appel, des consultations des différentes parties prenantes sur de nouvelles cibles ont été organisées dans toutes les régions du monde. Au niveau mondial, les acteurs se sont réunis pour des consultations thématiques axées sur la société civile, les laboratoires médicaux, le traitement pédiatrique du VIH, les adolescents et sur d’autres questions majeures.
A présent, un fort élan voit le jour en faveur d’un nouvel argumentaire sur le traitement du VIH et d’une cible finale tout à la fois ambitieuse et réalisable...

 

Guide d'appui pour l'élaboration de réponses aux besoins des PVVIH

Dans l’infection par le VIH, il existe des situations très variables pouvant aller jusqu’à des situations de handicap lourd avec atteinte de l’autonomie, que ce soit à un stade avancé de la pathologie ou en raison de pathologies associées. Les répercussions sur la vie quotidienne des personnes sont souvent insuffisamment perçues et prises en compte, ce qui conduit à une mauvaise estimation du handicap.

Le guide d’appui pour l’élaboration de réponses aux besoins des personnes vivant avec le VIH, destiné prioritairement aux professionnels de MDPH et à leurs partenaires, a été élaboré pour répondre à un besoin d’égalité de traitement, d’équité de réponses et d’harmonisation des pratiques.

 

 

Stratégie nationale de santé sexuelle

La Stratégie nationale de santé sexuelle s’inscrit dans la mise en œuvre de la stratégie nationale de santé et de la stratégie de santé pour les Outre-mer. Elle s’inscrit dans une démarche globale d’amélioration de la santé sexuelle et reproductive. Elle se base sur des principes fondamentaux : la sexualité doit être fondée sur l'autonomie, la satisfaction, la sécurité. Elle prend en compte les relations inégalitaires entre les sexes et les sexualités qui impactent l’accès universel à la santé sexuelle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Etrangers-es malades résidant en France

La loi du 7 mars 2016 sur l’immigration et ses textes d’application ont modifié les conditions et les procédures pour l’admission au séjour et la protection contre l’expulsion des personnes étrangères gravement malades résidant en France.

Ces changements nécessitent une actualisation des connaissances et une modification des démarches à entreprendre par les étrangers-es malades et les personnes et professionnels-es qui les accompagnent. Cette brochure est spécifiquement à destination des étrangers-es malades et des personnes qui les accompagnent (travailleurs-ses sociaux-les, associations, soignants-es, etc.).

 

Les droits fondamentaux des étrangers en France

Consacré tant par le droit international que le droit interne, le droit à la protection de la santé impose aux autorités des obligations positives, notamment en ma­tière d’égal accès aux soins pour tous. Juridiquement contraignant, le Pacte relatif aux droits sociaux, écono­miques et culturels dispose en son article 12-1 que " toute personne a le droit de jouir du meilleur état de santé physique et mental qu'elle est capable d'atteindre". Retrouvez dans son intégralité, le Rapport du Défenseur des Droits sur les Droits des migrants.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment mieux prendre en charge la santé des personnes sans domicile ?

Comment favoriser l’accès aux soins des personnes sans-abri ? Comment offrir aux personnes hébergées un suivi médical adapté ? Comment stabiliser un parcours d’accès et de maintien dans le logement pour les personnes souffrant de pathologies lourdes ? Certains acteurs déploient localement des initiatives afin d’apporter des réponses à ces questions et de tester des solutions innovantes en termes de pratique, de mode d’intervention ou encore de partenariat.

Le Rapport "Comment mieux prendre en charge la santé des personnes sans domicile ?" réalisé par l'Agence Nouvelle des Solidarités Actives (ANSA) en partenariat avec la Direction générale de la cohésion sociale (DGCS) / Ministère des Affaires sociales et de la Santé, étudie et restitue ces innovations, portées le plus souvent par des structures "traditionnelles" (associations, collectivités, établissement public ou médico-social).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

Guide des droits sociaux accessibles aux personnes placées sous main de justice

 

 

 

Prise en charge sanitaire des personnes placées sous main de justice

 

 

Guide de l'intervention en milieu pénitentiaire