Épisode 5 :
Entrons dans le VI(H)F du sujet

« Retour à la page précédente

Aujourd’hui, il existe plusieurs moyens de se protéger et de protéger ses partenaires du VIH. Le préservatif bien sûr, mais pas seulement. Il y a aussi le traitement préventif (PrEP), le traitement d’urgence (TPE), le dépistage et le traitement comme prévention (TasP). Cela pour permettre à chacun-e d’utiliser l’outil qui lui convient le mieux et qui est le plus adapté à sa situation et à ses pratiques. C’est ce qu’on appelle la prévention diversifiée ou prévention combinée.

Le préservatif

C’EST QUOI ?

Le préservatif est un des premiers outils qui a permis de se protéger et protéger ses partenaires du VIH. Aujourd’hui, il en existe d’autres. Néanmoins, c’est le seul capable de protéger également des infections sexuellement transmissibles (IST) et de jouer le rôle de contraceptif si on souhaite éviter une grossesse.

Il existe deux types de préservatif :

  • Le préservatif externe (capote)
  • Le préservatif interne (Fémidon)

COMBIEN ÇA COÛTE ET OÙ EN TROUVER ?

Les préservatifs externes et internes sont disponibles gratuitement dans les centres de dépistage (CeGIDD, Centre de planification et d’éducation familiale), les associations de lutte contre le VIH et les établissements scolaires. Depuis 2018, il est également possible d’obtenir des préservatifs externes (capotes) avec une ordonnance rédigée par un médecin, pour une durée d’un an, et peut être renouvelée. Avec cette ordonnance, les préservatifs sont remboursés à 60% par la Sécurité Sociale, soit 5€ la boîte de 24, et environ 2€ avec une mutuelle, la CMU-C ou l’Aide Médicale d’Etat (AME). Ce dispositif est valable pour deux marques de préservatifs externes : Eden et Sortez couverts.

On peut aussi trouver des préservatifs dans le commerce, en grande surface, en pharmacie et sur internet. Il est important de toujours vérifier la date de péremption et l’inscription du logo CE, qui sont les deux garanties de fiabilité.

PETIT BONUS

Les préservatifs internes (Fémidons) sont composés de nitrile, bonne alternative pour les personnes allergiques au latex. De plus, il est possible de le porter jusqu'à 8 heures avant le rapport, et de le conserver après l'éjaculation du partenaire pour un nouvel acte sexuel avec le même partenaire.

Pour en savoir plus :

Le dépistage

C’EST QUOI ?

C’est un test permettant de savoir si l’on est, ou pas, porteur-se du VIH. C’est un outil de prévention très important. En effet, les personnes vivant avec le VIH mais qui ne le savent pas, sont vecteurs de nouvelles infections VIH, à hauteur de 40% environ. Connaître son statut est donc très important. C’est d’une part, s’ouvrir la possibilité de bénéficier d’un traitement et préserver sa santé et d’autre part, protéger ses partenaires.

COMBIEN ÇA COÛTE ET COMMENT SE FAIRE DÉPISTER ?

Il existe aujourd’hui plusieurs façons de se dépister gratuitement : dans un centre de dépistage, avec une ordonnance dans un laboratoire, à domicile ou pendant une soirée par exemple.

La manière la plus connue de se faire dépister est par prélèvement sanguin, réalisé par un-e professionnel-le de santé, dans un centre de dépistage comme un CeGIDD et un Centre de Planifications et d’Education Familiale (CPEF), pris en charge à 100%. Les associations de lutte contre le VIH proposent également des dépistages rapides gratuits (TROD) et distribuent des tests à faire soi-même (dits « autotest »), à partir d’une goutte de sang prélevée au bout du doigt. On peut aussi trouver ces autotests en pharmacie : le prix varie entre 10 et 30€.

À Paris et dans les Alpes Maritimes, il est également possible de faire un test VIH sans ordonnance et gratuitement, dans un laboratoire de ville, grâce au dispositif « Au Labo Sans Ordo ».

Pour en savoir plus :

Le traitement préventif ou Prophylaxie Pré-Exposition (PrEP)

C’EST QUOI ?

Le traitement préventif ou Prophylaxie Pré-Exposition (PrEP) est un nouvel outil de prévention. Il s’adresse aux personnes qui n’ont pas le VIH, mais qui par leur situation et pratiques sont davantage exposées au VIH, et ne sont pas toujours en mesure de recourir au préservatif. La PrEP est une gélule qui se prend de manière quotidienne, ou plus ponctuellement. Sa prise nécessite un suivi médical trimestriel.

COMBIEN ÇA COÛTE ET OÙ TROUVER LA PrEP ?

La PrEP s’obtient sur ordonnance médicale. Ce traitement est pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale et l’Aide Médicale d’Etat (AME). Deux types de structures permettent d’obtenir une première prescription :

  • Les centres de dépistage, comme les CeGIDD, les Centre de Planning et d’Education Familiale (CPEF) et les Centres de santé sexuelle ;
  • Les services hospitaliers.

Le renouvellement de la première prescription et le suivi trimestriel peuvent ensuite être réalisés par un médecin de ville, comme les médecins généralistes.

Pour en savoir plus :

Le traitement d’urgence ou Traitement Post-Exposition (TPE)

C’EST QUOI ?

Le traitement d’urgence ou Traitement Post-Exposition (TPE) est un outil de prévention d'urgence. Il est à prendre le plus tôt possible après un rapport sexuel non-protégé avec un-e partenaire dont on ne connaît pas le statut VIH, au plus tard dans les 48h qui suivent ce rapport. Il est à prendre également après une exposition au sang d’autrui par piqûre.

COMBIEN ÇA COÛTE ET OÙ TROUVER LE TPE ?

Ce traitement est pris en charge à 100% par la Sécurité Sociale.

Pour bénéficier de ce traitement, il faut se rendre dans l'une des structures suivantes :

  • Services des Urgences de l'hôpital le plus proche ;
  • Centres de dépistage (CeGIDD, CPEF) ;
  • Services hospitaliers des maladies infectieuses.

Les professionnel-les de santé qui vous recevront évalueront, avec vous, le niveau de risque. Une première prescription pour un traitement de trois jours pourra être délivrée, renouvelée au besoin, pour un traitement d’une durée d’un mois.

Pour en savoir plus :

Le Traitement comme Prévention (TasP)

C’EST QUOI ?

Le TasP, Traitement comme Prévention, est le traitement prescrit aux personnes vivant avec le VIH. Ce traitement maintient la quantité de virus présent dans le corps de la personne qui le prend, à un niveau si petit, qu’il empêche toute nouvelle contamination d’une autre personne. Grâce à ce traitement, les partenaires, et le fœtus dans le cas d’une grossesse, sont protégés du VIH.

COMBIEN ÇA COÛTE ET OÙ TROUVER LE TasP ?

Ce traitement est pris en charge à 100%.

Pour bénéficier de ce traitement, il faut se rendre à l’hôpital, dans les Services de Maladies Infectieuses. Il est aussi possible de se rendre dans les CeGIDD, dans les Centres de planification et d’éducation familiale (CPEF) ou dans les associations de lutte contre le VIH, qui sauront vous orienter.

Pour en savoir plus :

 Revenir à l'accueil
Date de dernière mise à jour : 19 Novembre 2020